Diaspora, Smartphone et Intelligence Artificielle

Notre exemple d’application : les boutiques de quartier dans Douala

Douala et le Cameroun

Notre étude a démarré à Douala, la capitale économique du Cameroun. Le Cameroun est un de taille moyenne situé au coeur du continent africain. Fort d’une population (“officielle”) de 25 millions d’habitants, le Cameroun possède une des économies les plus diversifiées et au potentiel agricole et minier les plus importants en Afrique. Néanmoins, celui-ci a du mal à réaliser pleinement son potentiel ce qui engendre une frustration des différents observateurs économiques qui pointe un décalage entre la qualité intellectuelle de la diaspora camerounaise notamment et le relatif sommeil de son économie.

 

Située sur la côte atlantique, Douala est la capitale économique du Cameroun. Douala compte environ 2 millions d’habitants, répartis entre 6 arrondissements et 120 quartiers.

 

Image result for cameroun douala map

Carte du Cameroun(à gauche) et image satellite de Douala(à droite)

Les boutiques de quartier​

La boutique de quartier est une figure fondamentale de l’économie informelle. Une petite anecdote est qu’elle est associée dans chaque pays à un autre pays ou à une tribu en particulier (au Sénégal, les boutiquiers sont guinéens et au Cameroun, les boutiquiers sont souvent sénégalais). Les mauvaises langues disent que c’est plus facile d’etre boutiquier loin de chez soi car c’est plus facile d’assumer ce métier. En réalité, cela permet de maintenir une distance nécessaire pour limiter la proximité affective avec les clients et donc…les ventes à crédit, source importante de faillite des commerces de proximité.

Véritable supermarché de proximité, la boutique est généralement centrée autour de la vente de produits alimentaires conditionnés (à l’exception du produit emblématique de la boutique : le pain). On y vend des produits au détail le plus poussé : vous pouvez acheter une cuillère de chocolat à 25 FCFA, un morceau de beurre à 50 FCFA ou une bout de saucisson à 50 FCFA ! Vous pouvez néanmoins y trouver la plupart des produits de premiere necessite : des piles, des lames de rasoir ou encore des stylos à bille.

Si la gestion des boutiques est relativement habile (il y a souvent des réseaux qui aident à se lancer – dans ce cas, vous démarrez en étant apprenti auprès d’une des boutiques du réseau avant de vous lancer), la technique de commercialisation et de vente reste archaïque : un suivi de la clientèle manuel quand il existe, peu ou pas de promotions, une gestion peu agile du stock des produits etc.